2019

Messe du Couronnement de Mozart

La Messe du Couronnement

Mozart écrivit cette Messe du Couronnement à l'âge de vingt-trois ans, lors d'un moment de profond désarroi, sur une commande de l'archevêque de Salzbourg Hieronymus von Colloredo-Mannsfeld qu'il détestait.

Mozart aurait écrit la Messe du Couronnement en mars 1779 (date inscrite sur le manuscrit) en l'honneur de la fête commémorative annuelle du Couronnement de la Vierge miraculeuse du sanctuaire baroque de Maria Plain en Autriche, en 1744, le cinquième dimanche après la Pentecôte, tableau ayant échappé à un incendie, et qui fut aussi vénéré à Salzbourg au xviie siècle. Cette messe fut jouée pour la première fois à Pâques en 1779 dans la cathédrale de Salzbourg.

Une autre légende veut que la messe porte ce nom, donné à une date ultérieure de sa création au xixe siècle, pour avoir été donnée lors des couronnements des deux princes Léopold II, Roi de Bohême à Prague, le 6 septembre 1791 et de François III de Bohême, en 1792, le futur François Ier d'Autriche

Une des plus célèbres mélodies de l'œuvre religieuse de Mozart est sans doute l'aria de soprano de l'Agnus Dei. Mozart la réutilisera dans le fameux air "Dove sono" de la Comtesse au cœur des Noces de Figaro, rapprochant ainsi la femme qui se souvient de l'amour blessé et le Créateur s'apitoyant sur l'Agneau.

Après la voix soliste, en une magnifique procession, de la joie intérieure à la jubilation contagieuse, monte le magistral crescendo expressif et dynamique du "Dona nobis pacem". Le thème de la paix qui s'élève n'est autre que le motif lyrique du Kyrie. Cet allegro con spirito où alternent chœur et solistes, déploie avec l’aide des cuivres en fanfares, le brillant et le faste d'un grandiose final d'opéra.  »