2017-2018

Cantus Felix et le Requiem de Fauré

Concerts à venir

gabriel faure, photo, post-romantique, requiem, cantus, beauvais, felix
Gabriel Fauré 1845 – 1924 compositeur post-romantique

« Autour du Requiem de Gabriel Fauré, un siècle de Musique Française »

2018....18 concerts de mars à novembre.

Le programme retrace la création de trois générations de musiciens pour presque un demi-siècle de musique française, en cette Belle Époque qui correspond à l'apogée de la mélodie française où se défient la musique et les mots.

Requiem de Gabriel Fauré
Après l'opéra bouffe de J.Offenbach Le Pont des Soupirs en 2016, le choeur revient vers un répertoire classique: le Requiem de Gabriel Fauré.

Représentations
Les concerts ont lieu en 2018 (versions piano, harpe, orgue et orchestre) dans l'Oise, la Somme et hors région.
Moscou
Séjour en Russie en avril 2018 pour donner 3 concerts à Moscou.

A suivre donc...

partition, requiem, faure, manuscript, paris, score, bibliotheque, france, gabriel
Manuscript du requiem Bibliothèque Nationale, Paris.

Le Requiem

Le Requiem opus 48 de G. Fauré, point d’orgue du programme 2018

 

Sa composition s’est étendue de 1887 à 1900. Fauré organiste à l’église parisienne et très mondaine de La Madeleine, affirmait : « mon Requiem a été composé pour rien…si j’ose dire il a été exécuté la première fois à l’occasion des obsèques d’un paroissien quelconque ». Il n’a donc pas de  dédicace comme la plupart des Requiem célèbres.

 

De son propre aveu « ni croyant, mais pas sceptique » Fauré n’en envisage pas moins avec sérieux la mort et la question de l’au-delà. Le décès récent de ses parents aurait peut-être pu expliquer l’intérêt du compositeur pour ce genre funèbre, mais il n’y fait nulle part allusion. Par contre il ne se fait pas faute de déplorer l’ennui profond qu’il ressent à jouer à l’orgue, toujours la même liturgie convenue.

 

L’écoute du Requiem  donne une impression de douceur,  il s’en dégage en même temps que de la gravité, de la sérénité. Simplicité et modestie, ainsi Fauré caractérisait-t-il son œuvre, recueillement et mystère devant la mort. A la différence de beaucoup d’œuvres du même genre où l’effroi est mis en scène, où la contingence de l’humain est implacablement scandée, il y a ici une douce résignation comme une délivrance attendue. Fauré a délibérément renoncé aux effets spectaculaires, à la terreur.

 

Ainsi il omet le Dies irae, sommet dramatique de bien des requiem, ne conserve que le Pie Jesu et ajoute le in Paradisum offrant une vision plus réconfortante de la mort.

 

Ce Requiem fit l’admiration de Camille Saint-Saëns, le maître de Fauré.

 

Une œuvre  toute en retenue qui jouit, aujourd’hui, d’une grande notoriété auprès des mélomanes du monde entier.

cantus felixGabriel Faure,compositeur français,John Singer Sargent,Jeanbor
Gabriel Fauré Huile sur toile (1889) de John Singer Sargent. (Collection particulière.) Ph. Jeanbor © Archives Larbor-larousse